D’un jardin à l’autre
Lot 9 : 42 logements
habitat Aménagement paysager Collectifs Démarche environnementale

Ce projet est le résultat d’un engagement commun aux deux ateliers d’architecture réunis pour l’occasion (AMAS et WILD), faire de ce fragment de ville un lieu où l’on souhaiterait vivre. Un lieu où la sensation d’habiter collectivement n’est pas forcément perceptible puisque la vue et le rapport aux jardins semblent individuels, privilégiés.

L’essentiel réside dans cette volonté commune, conditionnant les volumétries des immeubles, leur installation sur le lieu et donnant au projet sa cohérence.

C’est la partition commune aux deux agences. Elle se traduit par une forme aux volumes décalés, un travail sur le paysage et les vues. Le choix des couleurs et des matériaux, les percements, sont les notes sur la grille de cette partition, permettant l’expression d’une variation organisée et maîtrisée à l’échelle de ce vaste ensemble de logements.

Le bâtiment de 42 logements se déploie sur un socle en R+1 comprenant au RDC les communs, 3 volumes capables, 3 T3, un T4 évolutif et une pièce commune. L’accès au parking se fait par la limite Est de la parcelle, séparant les flux piétons de la circulation automobile. Le bâtiment étant en retrait de 5m par rapport à la voie, permet de traiter une mise à distance par une bande largement plantée qui intègre différents usages, comme des locaux à vélo, des locaux poussette, des cabanes à outils..

 

Les halls sont traversants et donnent à voir les jardins au Sud. Une terrasse commune est aménagée, accessible par les halls. Le reste des espaces verts est donné aux logements du RDC en jardins privatifs. Deux halls distribuent les logements qui se répartissent au-dessus du socle, en 3 plots, disposés autour de deux failles généreusement plantées et arborées, comme une forêt suspendue. Les logements traversants du socle sont accessibles par de larges coursives qui permettent une extension du logement et l’appropriation de l’entrée.

Les plots permettent 100% des logements bi-orientés. Ils ont tous accès à un espace extérieur densément vegétali

sé.

Le plot du milieu est accessible par des passerelles suspendues au-dessus de foret, comme deux ponts de singe. Ces failles plantées permettent également de donner un espace extérieur de plainpied aux logements du R+2, ainsi qu’à la pièce commune.

Les logements proposés sont majoritairement traversants ou biorientés. Ils se situent entre le parc et la bande plantée au Nord, et les jardins au Sud. Les logements des plots sont entourés par le végétal, du fait des failles plantées. Les balcons disposés en quinconce et la grande largeur de la faille, en plus de son caractère végétal très fourni, mettent les logements à l’abri du vis-à-vis. 

Afin d’atteindre les hautes performances énergétiques visées dans le cahier des charges, le choix s’est porté sur une structure béton comportant une double isolation intérieure (ITI) et extérieure (ITE). Ce choix est garant d’une grande inertie en été pour lutter contre le réchauffement des logements. Ce principe de double isolation permet également de lutter efficacement contre les déperditions en hiver en supprimant les ponts thermiques. Des panneaux photovoltaïques disposés sur l’habitat intermédiaire (pans de toiture orienté au sud) et sur les toitures-terrasses de l’habitat collectif garantissent par ailleurs un apport de production électrique.

Commune aux projets conçus conjointement des lots 9 et 10, elle emprunte à la palette du CPAUPE l’enduit blanc majoritaire. Il est réhaussé par l’usage de menuiseries en bois/alu anodisé champagne, teinte chaleureuse et précieuse que l’on retrouve aussi dans le bardage métallique utilisé ponctuellement en façade et les persiennes ajourées situées en RDC.

Les toitures à un pans sont réalisées en bac acier de teinte gris clair, et comportent lorsqu’elles sont orientées au sud des panneaux photovoltaïques. Reprenant la gamme sobre de l’habitat intermédiaire, à savoir enduit blanc majoritaire et menuiseries bois/alu anodisé champagne. Les petits collectifs mettent en oeuvre un béton hydrogommé en RDC. Ces choix de matérialité assurent la continuité avec les logements du lot 9, et forment un écrin pour la végétation qui est mise à l’honneur sous toutes ses formes : elle colonise les balcons et loggias, déborde des toitures végétalisées, s’élance jusqu’au front de rue depuis les failles et retraits, se dessine en arrière plan dans les fenêtres urbaines issues des découpes volumétriques.

×